La grande réputation établie par certains outils peut les aider à laisser une trace dans l’histoire. Cela leur permet également d’assurer leur position dans le futur et de maintenir leur importance dans nos vies. Les Hōchō traditionnels (包丁/庖丁) ou couteaux japonais le prouvent.

La création des couteaux japonais

Les couteaux japonais ont commencé leur remarquable signature grâce à l’influence de l’ancienne passion du Japon pour les lames. Le Katana (刀) des Samouraïs (武士) a été l’un des principaux facteurs qui ont contribué au développement des couteaux de chef japonais que nous apprécions tous aujourd’hui.

Néanmoins, tout cela ne sera pas possible sans la riche histoire du Japon qui a poussé les gens à recourir au développement des couteaux de cuisine japonais. À partir de la restauration Meiji de 1868, où l’édit d’abolition des épées a été établi, les katanas ont été interdits après diverses guerres et le chaos a commencé à disparaître au Japon.

Cela a apparemment eu un impact considérable sur l’industrie des épées, entraînant le chômage de la population à cette époque. Les artisans ont alors découvert que la seule façon de survivre était d’utiliser leurs compétences et leurs connaissances en matière de production d’épées pour créer des outils de cuisine et d’autres lames destinées à un usage domestique, comme des scies, des haches et, surtout, du couteau de chef.

Pour rappel, il est important de :

  • Aiguiser régulièrement ses couteaux de chef
  • Affuter son couteau à découper
  • Utiliser une planche à découper pour couteau en céramique

Cela nous a laissé quelques-unes des premières lames japonaises connues, dont on peut faire remonter l’origine à l’ère Nara (710-794). Cette époque a également contribué à la réputation de certaines régions du Japon, comme Sakai, en matière de production de lames. Depuis l’ère Heian, Sakai parvient encore aujourd’hui à produire la même qualité de couteau de cuisine japonais malgré les changements intervenus dans la technologie des lames. Ainsi, nous pouvons toujours profiter d’une grande variété d’ustensildes de cuisine tels que Nakiri Bocho, Usuba Bocho, Deba Bocho, Santoku Bocho, Santoku Bocho, Sashimi-bocho, Fugu Hiki, Hamogiri, Enkiri Bocho, Unagisaki Bocho, Gyuto et Honesuki.

Qu’est-ce qui rend les couteaux japonais uniques ?

Le fait que les couteaux japonais possèdent leurs propres caractéristiques distinctes leur permet de se distinguer des autres types de couteaux. La première chose qui les distingue est le matériau utilisé. Loin de l’acier inoxydable traditionnel de la plupart des couteaux, les couteaux japonais utilisent généralement du Hagane (également appelé tamahagane), un type d’acier au carbone qui n’est pas aussi résistant que l’acier inoxydable. Néanmoins, il est capable de former des lames extrêmement tranchantes.

Pour former le couteau japonais, on lui donne une couche extérieure en acier ferreux plus souple et un noyau en acier au carbone qui est quelque peu cassant. Cela permet au créateur de produire des lames aussi tranchantes que possible, de sorte que le couteau peut être comparé à une épée.

Cependant, en raison de leurs matériaux, les couteaux japonais sont considérés comme délicats car ils peuvent facilement s’ébrécher lorsqu’ils sont utilisés sur des matériaux durs comme les os. C’est la raison pour laquelle les chefs modernes les considèrent aujourd’hui comme un trésor digne d’être entretenu et soigné.

Néanmoins, au fil du temps, les couteaux japonais en Hagane deviennent de plus en plus rares et certains modèles sont désormais fabriqués en acier inoxydable. Ils requièrent moins d’attention car le matériau est robuste et résiste à l’écaillage et à la rouille. Bien que cela semble changer la véritable essence d’un couteau japonais traditionnel, les modèles en acier inoxydable peuvent toujours offrir les mêmes attributs que les couteaux japonais originaux.

Un autre détail remarquable est la lame à un seul biseau. Elle se compose d’un côté complètement droit et d’un omote ou côté aiguisé. Ce style permet aux utilisateurs de trancher les matériaux avec précision et d’obtenir des coupes nettes.

En général, en raison des lames à un seul biseau, les couteaux japonais favorisent certains types d’utilisateurs : les droitiers. Si ces utilisateurs peuvent facilement utiliser les couteaux japonais, les gauchers y trouveront des difficultés. C’est pourquoi d’autres entreprises proposent des couteaux en céramique japonais personnalisés pour ces types d’utilisateurs. Bien entendu, ces couteaux sont vendus à des prix plus élevés en raison des personnalisations nécessaires.

Pourquoi les couteaux japonais sont-ils chers ?

Les couteaux  acier inox japonais sont chers en raison des matériaux utilisés dans la production des lames. Ils sont généralement fabriqués en acier Hagane ou en acier à haute teneur en carbone, qui est bien supérieur aux autres aciers typiques du marché. Le processus de production contribue également à leur prix puisque certains d’entre eux sont aiguisés à la main par des artisans.

Les couteaux japonais en valent-ils la peine ?

La valeur des couteaux professionnels japonais est appréciée par la plupart des utilisateurs qui aiment les activités de cuisine. Outre leur tranchant remarquable, ils offrent des fonctions spécifiques qui permettent aux utilisateurs de réaliser des coupes nettes et précises dans la viande, les légumes et le poisson.

Puis-je utiliser des couteaux japonais pour couper des aliments crus ?

Non, vous ne pouvez pas utiliser de couteaux japonais pour couper des aliments crus. Chaque type de couteau japonais a un usage spécifique. Si vous les utilisez à d’autres fins que celles pour lesquelles ils ont été conçus, vous risquez d’endommager la lame. Le couteau japonais Santoku, cependant, est une lame polyvalente qui peut couper la viande, le poisson et les légumes.

À quoi servent la texture ou les trous dans la lame d’un couteau japonais ?

La lame texturée et l’urasuki (ou la surface concave) créent des poches d’air entre la surface de la lame et l’aliment. Cela brise le lien entre les deux, ce qui permet de libérer plus facilement les aliments.

Catégories : Gastronomie

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.